Chaque jour qui passe enfonce encore un peu plus les Palestiniens dans la misère et le désespoir. Que dire de la bande de Gaza, peuplée de plus d'un million d'habitants sur un tout petit territoire qui survit sans électricité, du fait du blocus d'Israël, et dont le réseau d'alimentation en eau est l'un des plus pollués de la terre ? Comme si cela ne suffisait pas, l'armée israélienne continue son massacre. Depuis les accords d'Annapolis, en novembre dernier, entre dirigeants israéliens et palestiniens, 150 Palestiniens ont été tués, parmi eux beaucoup de femmes et d'enfants.

Le mot "insupportable" reste bien insuffisant face à un tel déni du droit fondamental d'exister. Mais l'intolérable est bien là. En renforçant la dureté de l'occupation, l'Etat d'Israël accroît le désespoir et alimente ainsi un peu plus les soutiens à un Hamas aux pratiques insoutenables mais élu lors d'élections démocratiques.

Des voix continuent à s'élever, des citoyens à se lever en Palestine bien sûr, mais aussi en Israël, avec un courage qui force l'admiration, pour s'opposer à la poursuite d ela colonisation, pour dénoncer l'occupation et créer des ponts entre citoyens des deux entités.

Mais que pèseront-elles, si l'Union européenne et la France en particulier, continuent de laisser faire sans agir ?

J'invite chacun-e à faire largement connaître cette situation et à s'inscrire dans les nombreuses actions qui visent à l'instauration d'un Etat palestinien viable, assurant ainsi la sécurité d'Israël, de la région et du monde.

C'est une question de droit, une question d'humanité

A voir le Site de l'Association France Palestine Solidarité