Dimanche 21 mars : défaite cinglante de la droite de Nicolas Sarkozy aux élections régionales, avec une forte abstention de colère. Evénement peu banal : la droite est minoritaire dans les Hauts-de-Seine et à Issy les Moulineaux, le député maire André Santini, tête de liste UMP dans le 92 et ancien ministre de Sarkozy, est derrière la gauche !

Savourons de moment rare où l'arrogance et le mépris si souvent affichés par le maire ont été sanctionnés avec la politique du logement de standing, l'urbanisme béton, la casse des services publics et de la fonction publique et des pratiques autoritaires de gestion.

Pour les Isséens qui aspirent à vivre mieux et à une ville pour tous, voilà un sacré encouragement à poursuivre les actions pour le logement social, pour une vie associative dynamique et une ville solidaire et durable.

Regrets aussi que le Front de gauche n'ait pas fait réélire des candidats comme Claire Villiers, vice-présidente sortante à la démocratie régionale qui a su innover dans les pratiques, les mises en réseaux et les idées. La faute à des pratiques politiques, je devrais dire politiciennes qui n'honorent pas les partis qui les développent.

Il est temps d'inventer de nouvelles façons de militer, de faire de la politique où les citoyens soient partie prenante et décideurs de bout en bout.

J'espère que demain mardi 23 mars, la journée d'actions initiée par les syndicats sera le début d'un printemps social fort avec des perspectives politiques de réel changement.

Il y a urgence !