Est-ce lié au fait qu'à 69 ans, notre député-maire, est encore en fonction et a ajouté à son arc la corde de la présidence de la société du Grand Paris ? Ou surtout parce qu'il croit dur comme fer qu'il faut travailler plus, plus longtemps, et faire payer aux salariés la pérennité de notre système de retraites ? On peut sérieusement penser, en tout cas, que la retraite de Monsieur Santini est sûrement assurée.

André Santini, a fait partie des députés qui, au mépris de toutes règles démocratiques, ont raccourci les débats sur un débat essentiel et adopté le projet de loi sur les retraites, mieux nommé "fossoyeur du droit à la retraite". A l'image finalement du manque de démocratie qui prévaut aussi dans notre commune

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Monsieur Santini, comme tout législateur, peut défaire ce qui a été fait. Surtout si le mouvement de rejet du recul de l'âge de la retraite s'amplifie.

Plus que jamais, le 23 septembre, soyons des millions à dire qu'on n'en veut pas, de cette société là qui lamine les salariés, les payent une misère et leur propose de prendre leur retraite quand ils seront bien usés. L'espérance de vie augmente ? Profitons-en pour découvrir de nouvelles activités et profiter de la vie pendant qu'on peut être encore pleinement actifs : vie associative, vie familiale, engagements divers, activités culturelles et sportives...

Et pour financer tout ça ? Beaucoup d'idées n'ont pas encore été explorées, comme faire contribuer les revenus financiers au même taux que les salariés.