lumiere au quatrieme C'était il y a tout juste soixante sept ans... Rosette avait à peine 8 ans, son petit frère Paul tout juste 4. Au tout petit matin, la police française est venue les chercher, parce qu'ils étaient juifs. Pour les emmener, avec leur mère, au gymnase Japy, dans le onzième arrondissement. De là, c'était direction assurée vers le tristement célèbre Vel d'hiv, pour partir vers les camps d'extermination.

Rosette et Paul, qui allaient devenir des enfants cachés, cachés par une famille de Justes du Loir et Cher, comme il y en eut heureusement tant, ont pu échapper à ce terrible destin. Famille de prisonnier de guerre, ils ont été ramenés chez eux, d'où ils ont décidé de partir se cacher en lieu plus sûr.

Rosette, c'est ma maman. Soixante-sept ans plus tard, elle a décidé de raconter cette période noire, et toute son enfance, dans un livre dont vous comprendrez qu'il m'a beaucoup touchée. Une histoire particulière, que pourra lire son petit-fils Maël dans quelques années.

Je devrais dire deux histoires particulières, car il comporte aussi le témoignage de ma grand-mère, "petite ouvrière de Varsovie" au tout début du vingtième siècle. Tout ce siècle y est, avec ses heures révolutionnaires, ses heures de grande misère, ses heures de Résistance, de courage, d'espoir.