les TechnicolèreBienvenue aux centaines de salariés d’Angers présents aujourd’hui à Issy les Moulineaux, mobilisés depuis des mois aux côtés de leurs collègues de Rennes et d’Issy contre le démantèlement d’un très bel outil industriel.

Aujourd’hui, l’heure est on ne peut plus grave pour chacun et chacune d’entre vous. C’est votre emploi et pour tout dire votre vie qui se joue ces jours-ci. Pourquoi en est-on arrivé là ? Parce que c’est le choix des actionnaires et des profits qui l’a emporté sur l’humain.

Une activité de pointe est sacrifiée en France, celle de la production de décodeurs, pour augmenter la rentabilité en se délocalisant en Asie. D’ailleurs, l’arrivée annoncée il y a quelques semaines de la banque JP Morgan dans le capital et d’un autre fonds d’investissements a montré, s’il en était besoin, que l’affaire semblait encore juteuse pour les profits !

Présente à vos côtés lors de la grande manifestation du 3 avril, je suis intervenue en conseil municipal, à Issy les Moulineaux à plusieurs reprises pour que notre député-maire André Santini soutienne vos demandes. Notre ville accueille des dizaines de sièges sociaux, sans se soucier de la pérennité de l’emploi. Ainsi, à Issy, l’installation de Technicolor avait amené 850 emplois. D’ici la fin de l’année, vous serez moins de 500. Contrairement à ce que le maire prétend, la recapitalisation en cours du groupe Technicolor va à l’encontre d’une stratégie de développement de l’emploi.

C’est donc aussi toute une politique de développement local, de services publics et de justice sociale qui se joue. C’est pourquoi je vais de nouveau intervenir pour que M. Santini vous reçoive et s’engage à vos côtés.

Comme député, il peut aussi agir pour empêcher, comme le demandent les parlementaires Front de gauche, les licenciements boursiers. Comme député-maire, il peut intervenir auprès du ministre du redressement industriel, pour préserver activité et emplois.

Ces prochaines semaines, nous n’aurons de cesse, avec mes camarades du Front de gauche d’Issy, dans la rue et au conseil municipal, de faire valoir vos demandes. Pour nous, l’humain d’abord, c’est le développement économique, la justice sociale, les droits des salariés à intervenir dans les choix qui les concernent.

Avec vous, les Technicolère, ensemble, redonnons toutes ses couleurs à l’emploi à Angers, Rennes et Issy !

Décidément, on lâche rien !