Bienvenue sur le blog de
Lysiane Alezard

appel Gal de GaulleLe 18 juin dernier, j’ai participé à l’hommage rendu par la municipalité à l’Appel du 18 juin. 50 ans après, il m’a semblé naturel de contribuer à la valorisation de l’histoire de la Résistance dont le Général de Gaulle fut l’un des acteurs de premier plan. Et là, mauvaise surprise, M. Santini entame son intervention par une minute de silence… au Général Bigeard ! Ce dernier a fait partie des forces françaises libres et à ce titre un résistant. Mais comment, au moment où l’on célèbre l’action de Français qui ont refusé l’inacceptable, qui se sont opposés au régime nazi et à celui de Vichy, encenser celui qui, par la suite, avec d’autres, a fait l’apologie de la torture en Algérie contre des militants de l’indépendance, des Henri Alleg et Maurice Audin !

Ce n’était pas encore suffisant. M. Santini a jugé bon d’emblée de faire passer les communistes pour des collabos de la première heure, en s’appuyant sur le pacte germano-soviétique ! Ce pacte a semé le désarroi de la plupart des militants communistes, mais faut-il lui rappeler la déchéance des députés communistes prononcée en 1939 par les autorités françaises, parmi lesquels Gabriel Péri, emprisonnés par le régime de Vichy, y compris en Algérie ? Faut-il lui rappeler les étudiants communistes à la tête de la première manifestation du refus de l’occupation, le 11 novembre 1940 ? Faut-il souligner, une fois de plus, l’engagement des Guy Môquet, Jean-Pierre Timbaud, martyrs de Chateaubriant en 1941 et des milliers d’autres, qui aimèrent la vie « à en mourir » ? Tout près de nous, ce fut le cas de Victor Cresson, maire de notre commune au début de la guerre et qui a fait acte de résistance dans les tout premiers jours du conflit, puis fut arrêté, déporté ; il n’en est jamais revenu.

Lorsque M. Santini appelle à continuer à faire du courage et du refus de la compromission des valeurs actuelles, on aimerait qu’il traduise ces propos dans les faits : si la Fonction publique a besoin de réforme et de modernisation, c’est pour mieux répondre encore aux besoins croissants des habitants et des salariés en la matière. Certainement pas pour accélérer la casse actuelle de tous les acquis du Conseil national de la résistance, comme la fonction publique, les retraites, la Sécu, les services publics – autant de projets de progrès social décidés et mis en œuvre dans une France exsangue. On aimerait aussi qu’il se lève contre les rafles de sans papiers, dont des enfants.

Ce qui est sûr, c’est que M. Santini a de la constance. Secrétaire d’Etat à la Fonction publique, il a introduit le contrat de droit privé et accéléré le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, ainsi que la suppression de dizaines de milliers de postes. Jeudi dernier, alors que des millions de Français manifestaient contre le recul de l’âge de la retraite, il présidait une réunion du Sedif (syndicat des eaux d’Ile de France) pour avaliser le choix d’attribuer à Véolia le nouveau contrat de distribution d’eau potable des 133 communes membres du Sedif. Malgré les remarques peu amènes de la Chambre régionale des comptes sur le type de contrat de « régie intéressée ». Et après avoir refusé tout débat public sur le mode de gestion de l’eau en Ile de France, alors que Paris vient de revenir à une remunicipalisation de la distribution de ce bien public de l’humanité.

L’agenda de M. Santini est déjà très chargé ; il pourrait s’alourdir encore… Pensez donc : le député-maire et encore conseiller régional, président donc du Sedif et de l’agence de bassin Seine-Normandie, vice-président de la nouvelle communauté d’agglo GPSO, ancien ministre, s’apprête, à 70 ans, à cumuler ces nombreuses fonctions avec la présidence de la nouvelle Société du Grand Paris. N’en jetez plus ! Quelle conception de la démocratie et du partage des pouvoirs !

Décidément, de cette vision là du passé, du présent et de l’avenir, il est temps de passer à un projet de société fondé sur la justice sociale, l’égalité, la démocratie. Un autre monde, quoi.appel C.Tillon

 

Des sanctions contre l'Etat d'Israël

Israël vient une nouvelle fois de franchir les limites de l'intolérable en violant le droit international de façon éhontée : l'assassinat pur et simple, dans les eaux internationales, de militants qui se rendaient en flottille de la liberté à Gaza, une bande rendue exsangue par une guerre impitoyable et un blocus sans fin. Je partage la déclaration ci-dessous de l'Association des élus communistes et républicains à laquelle j'appartiens. Je participerai ce soir au rassemblement parisien de protestation.

DECLARATION DE L’ANECR

''Flotttille de la liberté à Gaza : il est urgent de faire respecter le droit international ! Le gouvernement français et l’Union européenne doivent demander une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU !''

Ce matin, le gouvernement israélien a encore franchi une étape intolérable dans la violation du droit international, en organisant un véritable massacre contre des civils réunis au sein d’une flottille de la liberté en direction de Gaza. Ces militants, ces élus présents à bord sont en mission pour contribuer à lever le blocus inhumain imposé aux habitants de la bande de Gaza.

Comment accepter une telle opération militaire de la part d’un Etat, a fortiori perpétré dans les eaux internationales ?

L’Anecr condamne avec la plus grande fermeté cet acte qui appelle des réactions diplomatiques les plus fermes et une mobilisation forte de l’opinion. Elle demande à la France et à l’Union européenne de solliciter une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU pour faire cesser au plus vite ces violations du droit international et prendre les sanctions nécessaires à l'égard du gouvernement israélien tant que celui-ci maintient le blocus de Gaza. En ce sens, les élus communistes et républicains soutiennent la demande de suspension de l’accord d'association UE-Israël.

Nous partageons l’émotion internationale qui s’exprime sur tous les continents, jusqu’en Israël où les forces de paix organisent des protestations ce lundi.

Nous nous associons bien sûr aux divers rassemblements et manifestations qui se dérouleront ce soir à l’appel d’un large collectif d’organisations et d’associations et appelons les élus communistes, républicains, progressistes à être nombreux dans toutes les actions prévues ces prochaines heures et prochains jours.

 

manif Grèce - L'ExpansionDécidément, l'Europe ne tourne pas rond ! Il y a plus de six mois, alors que "les caisses de l'Etat sont vides" en France, le gouvernement trouve des centaines de milliards d'euros pour "sauver les banques" et les renflouent sans sourciller, sans contrepartie. Pendant ce temps, les Français, eux, au nom de cette crise, doivent se serrer la ceinture, la réforme de l'Etat et de la fonction publique territoriale bat son plein et supprime des milliers de postes (éducation, impôts, collectivités locales...).

Depuis deux semaines et la "crise grecque", ils nous remettent ça ! Les Grecs (lesquels, dites-le nous... ce ne serait pas le précédent gouvernement de droite ???) ont trop dépensé, leur déficit est devenu abyssal. Verdict des gouvernements européens : ils ont fauté, ils doivent payer. C'est la thérapie de choc qui n'a bien sûr rien d'une thérapie mais tout du choc : baisse des salaires, des retraites, augmentation de l'âge de la retraite, suppression de centaines de milliers d'emplois, y compris dans le secteur public et la fonction publique... Et là, encouragés par ces "milices privées" que sont les "agences de notation", tous les gouvernements européens entonnent le même air : pour ne pas se retrouver dans la même situation que les Grecs, il faut augmenter l'âge de la retraite, baisser toutes les dépenses de l'Etat, supprimer des postes de fonctionnaires, diminuer les salaires...

Grèce, Espagne, Portugal, Grande-Bretagne, mais aussi France : quelle aubaine cette crise grecque pour Nicolas Sarkozy et François Fillon ! Ils vont, espèrent-ils, pouvoir faire tout ce qu'ils avaient annoncé il y a des mois, en le justifiant par la crise grecque, à commencer par la réforme des retraites et celle des collectivités territoriales ! Tout le monde va se serrer la ceinture, mais surtout ceux qui contribuent déjà tout le temps - les salariés, les chômeurs, les plus en difficultés !

Mais au fait, cette crise, à qui la faute ? Aux citoyens européens ? ou au capitalisme qui recherche la rentabilité immédiate à tout prix, au mépris des êtres humains ?

Décidément, il est temps qu'on se mêle de nos affaires : être solidaires des Grecs c'est stopper aussi tous les projets du gouvernement français et exiger une Europe solidaire, une Europe de justice et de paix !

 

icanAujourd'hui, et jusqu'au 28 mai prochain s'ouvre à l'ONU (New York), la conférence de révision du traité de non prolifération nucléaire. Cette conférence, qui se tient tous les cinq ans depuis 1995, doit rechercher les moyens d'avancer, comme le préconise l'article 6 de ce traité, vers un désarmement général et complet.

Rappelons que 168 Etats sont signataires de ce traité, notamment les 5 grandes puissances nucléaires, dont la France, qui sont toutes membres permanent du conseil de sécurité de l'ONU. Trois pays possesseurs de l'arme nucléaire ont refusé de le signer - l'Inde, le Pakistan et Israël.

2010 marquera-t-elle donc une avancée significative vers l'abolition de l'arme nucléaire comme le réclament de nombreux Etats, le Président de la Croix rouge internationale, des responsables politiques français de tous bords, et bien sûr les opinions publiques de la plupart des Etats ?

Je pense que la France a un rôle particulier à jouer. Alors que les Etats-Unis et leur président Obama s'affichent en pointe en faveur du désarmement nucléaire, certes avec des limites, il serait dommage que notre pays traîne les pieds. Pourquoi dépenser encore des dizaines de milliards d'euros pour de nouvelles armes nucléaires (missiles, ogives, sous-marins) alors que tant de besoins sociaux restent insatisfaits ? Contre quelles menaces ? Pour résoudre quels problèmes ?

Les armes nucléaires actuelles ont de quoi faire sauter plusieurs fois la planète. Elles représentent des centaines d'Hiroshima. Cette menace n'a plus lieu d'être. Penser le monde dans les conditions d'aujourd'hui, c'est réfléchir à des relations internationales et humaines fondées non plus sur le recours systématique à la force, qui ne résoud rien, mais à une force de la politique.

Cette année, plus de 220 Français sont présents à New York, pour peser sur le cours des choses. Elus locaux, pacifistes, syndicalistes, citoyens, ils seront aux côtés de milliers d'Américains, de Japonais et d'acteurs de la paix du monde entier pour échanger, convaincre, rencontrer des ambassadeurs de divers pays.

Comme le chantait si bien Jean Ferrat : "m'en voudrez vous beaucoup, si je vous dis un monde où l'on n'est pas toujours du côté du plus fort ?"

 

corentin 2010Vendredi dernier, les associations d'anciens combattants et la ville d'Issy les Moulineaux ont organisé, comme chaque année, le fleurissement des plaques de déportés et résistants de la commune. 43 plaques, 43 noms d'hommes, de femmes, d'enfants qui marquent l'histoire locale. 43 citoyens qui ont perdu la vie parce que résistants, communistes, syndicalistes ou/et juifs.

Parmi eux, Corentin Celton, qui a donné son nom à l'hôpital d'Issy. une cérémonie particulière était organisée dans l'enceinte de cet établissement, en présence de représentants de tous les syndicats de salariés et de la directrice des relations publiques.

Comme petite-fille de déportée membre de la Fndirp, mais aussi comme conseillère municipale, j'ai pu rendre un court hommage à cet homme exécuté au Mont Valérien en 1943. En voici le texte :

Madame la directrice, Mesdames et messieurs les responsables syndicaux et représentants des salariés, Mesdames et messieurs les responsables d’associations d’anciens combattants,

Devant ce monument, nous honorons la mémoire d’un homme d’engagement, d’un homme courageux, d’un homme qui n’a eu de cesse d’agir pour une société plus humaine.

Corentin Celton n’a rien d’un héros lorsqu’il arrive à Paris de sa Bretagne natale, où il était marin pêcheur et devient agent hospitalier, à Saint-Antoine puis aux Petits ménages (qui porte son nom depuis 1945). Il y est délégué syndical, mais aussi militant communiste. Avant la guerre, il est secrétaire de la Fédération CGT des services publics. Il y a défend déjà l’idée d’un droit à la santé et de conditions de travail dignes. Mobilisé en 1939, sa conduite lui vaut l’attribution de la croix de guerre.

C’est naturellement qu’il entre dans la Résistance et anime, clandestinement, un comité de résistance du personnel hospitalier. S’il est arrêté en mars 1942, c’est sur dénonciation du directeur de l’assistance publique du moment, Monsieur Gas. Il lui signe là son arrêt de mort – condamné à quatre ans de prison, Corentin Celton sera fusillé au Mont Valérien en décembre 1943, après avoir enduré les conditions impitoyables de la prison de la Santé.

En ce jour de commémoration, l’actualité du combat de Corentin Celton, confronté à la barbarie nazie, je la trouve dans les propos qu’il a écrits quelques heures avant d’être fusillé : « j’ai lutté pour un monde meilleur. Il me reste ma fierté, au moment où je vais payer de ma vie mon attachement à mon idéal politique. «

Cet idéal, c’est un engagement au service de l’intérêt général, fait de générosité, d’abnégation, de respect et de tolérance.

Soixante cinq ans après la libération des camps de la mort, voilà un engagement d’une grande actualité.

 

Hier, j'ai appris le décès de mon ami Paul Bardin, installé depuis quelques temps à Issy les Moulineaux, chez les Frères de la Charité, dans ma rue.

J'ai connu Paul il y a près de vingt ans, au Mouvement de la Paix dont il était l'un des responsables dans les Hauts-de-Seine et particulièrement au sein du comité de Colombes qu'il animait. Encore actif dans son entreprise, prêtre-ouvrier, il s'y engageait sans compter, avec le souci constant d'y faire participer les jeunes et d'y développer un projet d'éducation populaire.

Sa foi catholique lui conférait un engagement fondé sur des valeurs humaines et humanistes fortes.

Communiste, il l'est resté jusqu'au bout, malgré l'âge, la maladie ; il était encore des nôtres tout récemment, localement, pour le droit au logement et soutenir les sans papiers.

Cher Paul, ta fidélité, ta détermination, ta modestie vont nous manquer. Mais j'y puise une volonté redoublée d'agir pour ce monde de paix et de justice auquel tu aspirais. Merci.

 

Parrain SantiniCe dimanche 21 mars marque la victoire, en Ile de France, de la liste de la gauche et des écologistes. Elle marque aussi, à Issy les Moulineaux, la première défaite depuis plus de trente ans du député-maire André Santini, tête de liste UMP dans les Hauts-de-Seine, qui n’a recueilli que 47, 5% des voix avec une participation en baisse de 20% par rapport à 2004.

Ce résultat sanctionne bien sûr un ancien ministre de la fonction publique qui n’a eu de cesse de la démanteler ; elle remet aussi en cause une politique locale tournée vers la casse des services publics, l’externalisation des ressources humaines, le logement de haut standing et des pratiques autoritaires de gestion.

Devant ce résultat sans précédent, le comité isséen du Front de gauche, fort de ses actions en faveur de plus de logements sociaux, des services publics, d’un urbanisme solidaire et durable, affirme sa disponibilité à travailler, avec tous ceux qui le souhaitent, à un projet local résolument de gauche. Dans les tout prochains jours, nous nous adresserons aux différentes organisations et associations de la ville, aux personnalités pour engager une réflexion et des actions en ce sens.

Le comité isséen du Front de gauche, le dimanche 21 mars à 21h30

 

Régionales : réjouissances et regrets

Dimanche 21 mars : défaite cinglante de la droite de Nicolas Sarkozy aux élections régionales, avec une forte abstention de colère. Evénement peu banal : la droite est minoritaire dans les Hauts-de-Seine et à Issy les Moulineaux, le député maire André Santini, tête de liste UMP dans le 92 et ancien ministre de Sarkozy, est derrière la gauche !

Savourons de moment rare où l'arrogance et le mépris si souvent affichés par le maire ont été sanctionnés avec la politique du logement de standing, l'urbanisme béton, la casse des services publics et de la fonction publique et des pratiques autoritaires de gestion.

Pour les Isséens qui aspirent à vivre mieux et à une ville pour tous, voilà un sacré encouragement à poursuivre les actions pour le logement social, pour une vie associative dynamique et une ville solidaire et durable.

Regrets aussi que le Front de gauche n'ait pas fait réélire des candidats comme Claire Villiers, vice-présidente sortante à la démocratie régionale qui a su innover dans les pratiques, les mises en réseaux et les idées. La faute à des pratiques politiques, je devrais dire politiciennes qui n'honorent pas les partis qui les développent.

Il est temps d'inventer de nouvelles façons de militer, de faire de la politique où les citoyens soient partie prenante et décideurs de bout en bout.

J'espère que demain mardi 23 mars, la journée d'actions initiée par les syndicats sera le début d'un printemps social fort avec des perspectives politiques de réel changement.

Il y a urgence !

 

grand_magasin.jpgL'un des constats majeurs du premier tour des régionales, c'est l'abstention massive. Toutes les raisons de cette crise démocratique restent à analyser en profondeur.

Mais alors que d'aucuns prônent le vote obligatoire, des milliers de salariés du commerce, notamment en région parisienne, ne pourront pas voter. Les grands magasins parisiens ont en effet décidé d'ouvrir toute la journée le 21 mars, jour du second tour des régionales.

La question concerne d'ailleurs tout aussi bien les salariés des enseignes alimentaires qui ouvrent désormais le dimanche jusqu'à 13 heures et de plus en plus souvent jusqu'au soir. Ces citoyens n'ont donc le droit ni au repos, ni à la vie de famille, ni au droit d'expression démocratique des élections !

Qu'en dit le la tête de liste UMP André Santini, maire d'Issy les Moulineaux qui a accordé l'autorisation d'ouvrir le dimanche aux enseignes Monoprix et Inno ?

Les syndicats du commerce ont alerté la direction des grands magasins et les candidats. . Si nous sommes tous consommateurs, nous sommes tous concernés par cette situation. Nous y pouvons quelque chose puisque dans chaque commune, le Préfet donne l'autorisation de l'ouverture du dimanche, après consultation des maires.

 

marché ste lucie 2010Madame, Monsieur,

Dimanche dernier, lors du premier tour de l’élection régionale, la droite de Sarkozy, Fillon et Santini ont subi un premier revers, notamment en Ile de France. La tête de liste UMP, Valérie Pécresse, n’obtient que 27,8% des voix avec une abstention très forte, notamment à droite. A Issy les Moulineaux, la participation est historiquement basse (seulement 47%) et André Santini, tête de liste dans le département, fait à peine 35% des voix. La gauche, du coup, est presque majoritaire face à notre député-maire, ce qui est suffisamment rare pour être souligné.

Bien sûr, le score du Front national (11,2 au plan national), y compris ses 5% à Issy les Moulineaux, est très préoccupant. Il est l’une des conséquences dramatiques de la politique de Sarkozy.

Le Front de gauche obtient 6,5% en Ile de France et 3 ,92% à Issy les Moulineaux, autant qu’aux précédentes élections européennes. Je remercie vivement les 715 électeurs qui ont eu l’audace et la détermination de voter pour notre liste, qui portait les exigences fortes d’une région solidaire, écologique et citoyenne.

Au second tour, nous avons souhaité fusionner avec le parti socialiste et ses partenaires, et Europe écologie, pour donner toutes les chances à la gauche d’emporter cette région et de faire reculer le plus possible la droite. C’est très important pour la suite : nous avons besoin de créer toutes les conditions d’une remise en cause de la politique de Sarkozy et de tout le mal qu’elle nous fait chaque jour.

J’ai accepté d’être sur cette liste au second tour dans les Hauts-de-Seine, où je serai la seule représentante d’Issy les Moulineaux. Je le fais pour donner toutes les chances aux candidats issus du Front de gauche d’être élus et de continuer à porter ce pour quoi nous nous battons depuis des mois.

En faisant cette alliance, nous n’en rabattons pas sur notre volonté de changer en profondeur la société et la région. Nous voulons donner un signal fort d’espoir à tous ceux qui, comme vous, souhaitent voir reculer les injustices et triompher le droit, la justice sociale, la solidarité.

En votant et en faisant largement voter pour la liste «Huchon 2010 – la gauche et les écologistes rassemblés pour l’Ile de France », y compris de la part d’électeurs qui ne se seraient pas déplacés au premier tour, nous pourrons faire subir une lourde défaite à la droite, et à André Santini.

Si cette liste fait un très bon score, ce sera un point d’appui appréciable pour poursuivre nos actions et combats communs pour le logement social, des transports de meilleure qualité et moins chers pour tous, une politique de l’emploi dynamique, un développement durable et solidaire.

Je compte sur vous et vous dis très bientôt, cette semaine et dans les prochains mois.

Bien cordialement,

 

ferrat-2.jpgJean Ferrat vient de nous quitter, à quelques jours du printemps. Je ne le connaissais pas, je ne l'ai jamais rencontré, mais j'ai l'impression de perdre un ami proche. Un grand poète, un homme engagé, un chanteur qui a longtemps payé au prix fort le fait d'avoir toujours refusé la facilité, d'avoir toujours proclamé haut et fort son idéal.

Des dizaines de titres et de paroles me reviennent en mémoire, mêlant amour, poèmes d'Aragon, espoir, colère, hommage à la montagne, respect pour les poètes de la Résistance, horreur de la guerre...

Merci à mes parents de m'avoir bercée de ses chansons.

Merci, Jean Ferrat, pour votre courage, votre fidélité à des idées de justice et de solidarité, merci pour ces paroles et ces musiques que je ne suis pas près d'oublier.

"Je pense à toi, Desnos, qui partis de Compiègne

comme un soir en dormant, tu nous en fis récit

accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie,

là-bas où le destin de notre siècle saigne..."

 

DSC_0687.JPGMadame, Monsieur,

Dimanche 14 mars prochain, nous allons élire nos nouveaux conseillers régionaux en Ile de France. Le résultat du vote aura une grande importance pour notre région mais aussi pour notre pays.

C’est pourquoi j’ai pensé utile de vous dire pourquoi j’ai décidé de m’engager au sein de la liste « Ensemble à gauche » dans les Hauts-de-Seine, en espérant que vous soutiendrez ce choix. Cette liste est conduite par Pierre Laurent en Ile de France et par Pascale le Néouannic dans notre département.

Comme vous, je ne supporte pas cette politique nationale de Nicolas Sarkozy et du gouvernement qui casse tous nos acquis sociaux, nos droits, qui diminue nos salaires, nos retraites et qui veut encore aller plus loin dans la remise en cause de tous les fondements de la République.

Comme vous, je ne supporte pas cette montée des injustices, des inégalités, cette dégradation quotidienne de l’emploi, du logement, les attaques contre l’école, la culture, la démocratie. Il faut dire STOP ! Et le 14 mars, nous en aurons l’occasion. Ne la gâchons pas ! Les grands patrons, ceux qui payent l’impôt sur les grandes fortunes, ceux qui habitent Neuilly et les beaux quartiers, eux, n’oublieront pas d’aller voter ce jour-là pour défendre leurs intérêts !

Alors je vous encourage vivement à utiliser le vote « Ensemble à gauche » pour faire reculer Nicolas Sarkozy. Rappelez-vous aussi que dans les Hauts-de-Seine, le parti du président est représenté à cette élection par André Santini, celui qui ose déclarer «chez moi, on ne peut qu’être heureux ! » Quel mépris pour les 1300 demandeurs de logement ! Quel mépris pour les fonctionnaires qu’il a maltraités pendant qu’il était ministre ! Et en matière de démocratie, vous le connaissez : il ne respecte pas les élus, il insulte les élus de l’opposition, il limite les droits et les moyens des associations !

Comme vous, je rêve d’une région solidaire, citoyenne, juste ! Pendant ces six dernières années, j’ai siégé au Conseil régional, au sein du groupe communiste-alternative citoyenne-républicain. Nous avons pu faire avancer bien des projets, notamment le transport gratuit pour un million de personnes défavorisées, une politique dynamique de logements sociaux. Mais nous avons besoin d’être plus forts pour aller beaucoup plus loin, si nous voulons changer le quotidien des Franciliens et inventer ensemble une région.

Vous savez que en toutes circonstances, vous avez pu compter sur moi pour être dans l’action pour les sans-papiers, avec les mal-logés, avec les salariés en lutte, avec les enseignants pour la réussite scolaire… Ce sera le cas de mes co-listiers qui sont des élus, des militants, des salariés.

C’est ensemble que nous pouvons frapper un grand coup ce 14 mars, en donnant le maximum de poids à la liste « Ensemble à gauche « (parti communiste, parti de gauche, gauche unitaire, alternative citoyenne, république et socialisme, pcof, les alternatifs, m’pep).

Alors à Issy, le 14 mars, soyons les plus nombreux possible à taper sur la touche 7 de l’écran de vote !

Jusqu’au 14 mars, je reste à votre écoute, à votre disposition dans de nombreux lieux de rencontres. Je le resterai après le 14 mars.

A très bientôt, j’espère,

Bien cordialement,

 

senat 19/01Le 14 mars prochain, nous élirons nos nouveaux conseillers régionaux. Elue sortante, j'ai accepté de participer à la liste Ensemble à gauche, qui rassemble de nombreux partenaires de gauche. Enjeu national pour faire entendre un signal fort contre la politique de Nicolas Sarkozy, ces élections ont aussi une dimension locale forte : quelle région capitale pour demain ? Pour qui ?

Lire la suite...

 

Haïti douleur, Haïti solidarité !

HaïtiDevant la tragédie sans précédent vécue par le peuple haïtien, la solidarité s'impose de toute urgence... la coopération durable aussi !

La capitale d'Haïti, Port-au-Prince, vient de subir un tremblement de terre qui a tout dévasté et déjà fait un nombre terrifiant de victimes. L'élan de solidarité du monde entier fait chaud au coeur, il est plus que jamais indispensable. Cette catastrophe naturelle touche le pays le plus pauvre du monde, confronté depuis son indépendance de la France à une succession de gouvernements autoritaires, de dictatures, à une saignée de la part des institutions financières internationales.

Si un tremblement de terre ne peut être prévu, des constructions anti-sismiques peuvent en limiter considérablement les effets. Sans moyens, sans gouvernement ni autorités locales ayant les outils pour agir auprès des habitants, Haïti n'a pas pu se construire sur des normes de sécurité.

L'urgence impose une mobilisation de tous. Mais réfléchissons déjà aux années à venir, à la nécessaire reconstruction sur de toutes autres bases pour que dans un an, dans deux ans, Haïti ne soit pas remisée aux oubliettes ni de nouveau soumise à des relations internationales totalement inégales. C'est dans ce sens que l'association d'élus à laquelle j'appartiens, l'Anecr (www.elunet.org) a ouvert un compte spécial Haïti "Anecr solidarité".

C'est pour répondre à cette première étape de soutien indispensable que je me suis adressée au Maire d'Issy les Moulineaux jeudi dernier.

Vous aussi, dans la mesure de vos moyens, soutenez le peuple haïtien. Les associations sont nombreuses, comme le Secours populaire français qui intervient directement sur place.

Vous pouvez envoyer vos dons à : Secours populaire français, « Haïti urgence », CCP 2333, boîte postale 3303, 75123 Paris Cedex 03. Ou faites un don en ligne sur www.secourspopulaire.fr

Monsieur le maire,

Bouleversée comme nombre de nos concitoyens par le nouveau drame qui frappe la population haïtienne, je souhaiterais que notre commune puisse s'associer au grand élan de solidarité qui se développe dans notre pays.

Notre conseil municipal se manifeste régulièrement lors de catastrophes naturelles. J'imagine qu'il saura le faire lors de sa prochaine séance au profit d'Haïti. De nombreuses associations ont ouvert des comptes d'urgence. Je suis sûre que nous pouvons rapidement répondre à leur sollicitation.

Le peuple haïtien, déjà durement éprouvé par d'autres catastrophes récentes et par une succession de dictatures, se remettait tout juste des ouragans de l'an dernier et retrouvait un début de stabilité politique. Notre aide est plus que jamais nécessaire.

En vous remerciant de l'attention que vous voudrez bien porter à ma demande, je vous prie d'agréer, Monsieur le maire, l'expression de mes salutations distinguées.

 

A Salah Hamouri

salah_region.jpgHier soir, lors de la discussion à la Région du budget consacré à l'action internationale et européenne, je suis intervenue au nom du groupe CACRPG. J'ai dédié mon intervention à Salah Hamouri, étudiant franco-palestinien de 25 ans, qui va passer son cinquième Noël en prison. Il a été condamné pour une action qu'il n'a jamais commise par un tribunal militaire israélien qui lui reproche avant tout son opposition à l'occupation des territoires palestiniens. Il est aujourd’hui en prison depuis 1740 jours. A l’heure où il est question, et ce serait une très bonne chose, de la libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit, nous adressons tous nos vœux de libération à Salah. Nous souhaitons que le Président de la république s’y emploie pleinement, comme il le fait pour tous les autres prisonniers français dans le monde. Pour qu'en 2010, Salah soit enfin libre !

 

no 2 lisbonAujourd'hui, le Traité de Lisbonne entre en vigueur. C'est le texte que tous les libéraux européens attendaient avec une grande impatience... au point d'obliger le peuple irlandais à revoter et à revenir sur la demande qu'il avait faite en juin 2008- NO à ce traité.

Ce texte naît donc dans la douleur, puisqu'il est le résultat de toutes les manoeuvres anti-démocratiques possibles : adoption sans consultation populaire dans la plupart des pays et refus de prise en compte du vote quand il a pu avoir lieu !

Lire la suite...

 

Monsieur Santini siègera-t-il ?

Parrain SantiniIl y a quelques jours, Monsieur Santini a obtenu d’être tête de liste UMP dans les Hauts-de-Seine pour la prochaine élection régionale en Ile de France. Maire, député, faut-il le rappeler, il est aussi président du Syndicat des eaux d’Ile de France (144 communes), de l’agence de l'eau Seine-Normandie et de la communauté d’agglomération Arc de Seine. Vous avez dit cumul de mandats ?

Lire la suite...

 

Il n'y a pas assez d'élus !

4 pages anecrDans les prochaines semaines, le gouvernement souhaite faire passer à marche forcée plusieurs projets de loi qui remettent en cause les moyens financiers et les compétences des collectivités locales. Contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire, il ne s'agit pas que d'un problème de nombre d'élus. L'ambition est des plus graves pour la démocratie.

Lire la suite...

 

armeeducrime.jpg"L'armée du crime", du cinéaste Robert Guédiguian, retrace les combats et les engagements du groupe Manouchian. C'était il y a plus de 65 ans, et pourtant... les valeurs défendues par ces "vingt et trois" restent d'une grande actualité. Epoques bien différentes mais où la résistance continue d'être nécessaire.

Lire la suite...

 

L'imposture de la taxe carbone

industrie polluanteLe consensus est assez large, le matraquage médiatique déferle... elle n'est pas assez élevée, il faut eller plus loin... La taxe carbone serait-elle devenue la clé de l'action publique contre le réchauffement climatique ? Enfin, la solution aurait été trouvée pour réduire la pollution automobile. Voire.

Lire la suite...

- page 2 de 7 -