Bienvenue sur le blog de
Lysiane Alezard

Coups de coeur

Fil des billets

Soutien aux Technicolère en manifestation

les TechnicolèreBienvenue aux centaines de salariés d’Angers présents aujourd’hui à Issy les Moulineaux, mobilisés depuis des mois aux côtés de leurs collègues de Rennes et d’Issy contre le démantèlement d’un très bel outil industriel.

Aujourd’hui, l’heure est on ne peut plus grave pour chacun et chacune d’entre vous. C’est votre emploi et pour tout dire votre vie qui se joue ces jours-ci. Pourquoi en est-on arrivé là ? Parce que c’est le choix des actionnaires et des profits qui l’a emporté sur l’humain.

Une activité de pointe est sacrifiée en France, celle de la production de décodeurs, pour augmenter la rentabilité en se délocalisant en Asie. D’ailleurs, l’arrivée annoncée il y a quelques semaines de la banque JP Morgan dans le capital et d’un autre fonds d’investissements a montré, s’il en était besoin, que l’affaire semblait encore juteuse pour les profits !

Présente à vos côtés lors de la grande manifestation du 3 avril, je suis intervenue en conseil municipal, à Issy les Moulineaux à plusieurs reprises pour que notre député-maire André Santini soutienne vos demandes. Notre ville accueille des dizaines de sièges sociaux, sans se soucier de la pérennité de l’emploi. Ainsi, à Issy, l’installation de Technicolor avait amené 850 emplois. D’ici la fin de l’année, vous serez moins de 500. Contrairement à ce que le maire prétend, la recapitalisation en cours du groupe Technicolor va à l’encontre d’une stratégie de développement de l’emploi.

C’est donc aussi toute une politique de développement local, de services publics et de justice sociale qui se joue. C’est pourquoi je vais de nouveau intervenir pour que M. Santini vous reçoive et s’engage à vos côtés.

Comme député, il peut aussi agir pour empêcher, comme le demandent les parlementaires Front de gauche, les licenciements boursiers. Comme député-maire, il peut intervenir auprès du ministre du redressement industriel, pour préserver activité et emplois.

Ces prochaines semaines, nous n’aurons de cesse, avec mes camarades du Front de gauche d’Issy, dans la rue et au conseil municipal, de faire valoir vos demandes. Pour nous, l’humain d’abord, c’est le développement économique, la justice sociale, les droits des salariés à intervenir dans les choix qui les concernent.

Avec vous, les Technicolère, ensemble, redonnons toutes ses couleurs à l’emploi à Angers, Rennes et Issy !

Décidément, on lâche rien !

 

Pourquoi je voterai Jean-Luc Mélenchon dimanche

1. Pour dégager Sarkozy 2. Pour que Marine Le Pen dégringole le plus bas possible 3. Pour que la droite et les puissants aient le trouillomètre à zéro 4. Pour faire renaître l'espoir et la confiance 5. Pour augmenter le SMIC à 1700 euros 6. Pour ébranler l'axe Sarkozy-Merkel 7. Par solidarité avec nos amis grecs, portugais, espagnols.. 8. Pour la planification écologique 9. Pour prendre le pouvoir 10. Parce que nous le valons bien

 

Face à la xénophobie d'Etat, l'urgence de mettre l'humain avant tout !

En entendant les propos de Nicolas Sarkozy à Grenoble, j'ai ressenti de la honte et de la peur. La honte qu'un président de la République, un président français, puisse ainsi porter un tel discours de haine et de division entre citoyens français. Non content de casser tous les acquis de la Résistance, il s'attaque, avec quelle violence, aux fondements de la République, déjà sérieusement mise à mal. Il remet en cause toutes nos valeurs, s'assoit sur la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, sur notre constitution. Il est temps de se rassembler autour des valeurs qui nous sont chères, qui font la France - liberté, égalité, fraternité !

Notre président, qui joue avec le feu en agitant régulièrement l'argument sécuritaire fabrique quotidiennement des sous-citoyens - les Roms, les Français d'origine étrangère... jusqu'à quelle génération va-t-il remonter pour établir les culpabilités ? C'est de plus de droits que tous les citoyens ont besoin, pas de haine ni de xénophobie !

Le 4 septembre, à l'initiative de la Ligue des droits de l'homme, rejointe par toutes les forces de gauche, les forces syndicales et associatives qui croient en la République, un rassemblement se tiendra à Paris, pour protéger ces valeurs. Parce que je crois que l'égalité de tous les citoyens mérite d'être défendue, j'y serai et vous invite à y venir nombreuses et nombreux.

Il y a quelques jours à peine, on célébrait l'anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv. L'Etat français s'est rendu coupable de crime de guerre et de crime contre l'humanité en se rendant complice des actes les plus atroces. Ne laissons pas ces discours d'Etat actuels faire ressurgir la bête immonde !

 

La crise grecque, nouvel alibi de la rigueur !

manif Grèce - L'ExpansionDécidément, l'Europe ne tourne pas rond ! Il y a plus de six mois, alors que "les caisses de l'Etat sont vides" en France, le gouvernement trouve des centaines de milliards d'euros pour "sauver les banques" et les renflouent sans sourciller, sans contrepartie. Pendant ce temps, les Français, eux, au nom de cette crise, doivent se serrer la ceinture, la réforme de l'Etat et de la fonction publique territoriale bat son plein et supprime des milliers de postes (éducation, impôts, collectivités locales...).

Depuis deux semaines et la "crise grecque", ils nous remettent ça ! Les Grecs (lesquels, dites-le nous... ce ne serait pas le précédent gouvernement de droite ???) ont trop dépensé, leur déficit est devenu abyssal. Verdict des gouvernements européens : ils ont fauté, ils doivent payer. C'est la thérapie de choc qui n'a bien sûr rien d'une thérapie mais tout du choc : baisse des salaires, des retraites, augmentation de l'âge de la retraite, suppression de centaines de milliers d'emplois, y compris dans le secteur public et la fonction publique... Et là, encouragés par ces "milices privées" que sont les "agences de notation", tous les gouvernements européens entonnent le même air : pour ne pas se retrouver dans la même situation que les Grecs, il faut augmenter l'âge de la retraite, baisser toutes les dépenses de l'Etat, supprimer des postes de fonctionnaires, diminuer les salaires...

Grèce, Espagne, Portugal, Grande-Bretagne, mais aussi France : quelle aubaine cette crise grecque pour Nicolas Sarkozy et François Fillon ! Ils vont, espèrent-ils, pouvoir faire tout ce qu'ils avaient annoncé il y a des mois, en le justifiant par la crise grecque, à commencer par la réforme des retraites et celle des collectivités territoriales ! Tout le monde va se serrer la ceinture, mais surtout ceux qui contribuent déjà tout le temps - les salariés, les chômeurs, les plus en difficultés !

Mais au fait, cette crise, à qui la faute ? Aux citoyens européens ? ou au capitalisme qui recherche la rentabilité immédiate à tout prix, au mépris des êtres humains ?

Décidément, il est temps qu'on se mêle de nos affaires : être solidaires des Grecs c'est stopper aussi tous les projets du gouvernement français et exiger une Europe solidaire, une Europe de justice et de paix !

 

Un jour, pourtant, un jour viendra, couleur d'orange...

ferrat-2.jpgJean Ferrat vient de nous quitter, à quelques jours du printemps. Je ne le connaissais pas, je ne l'ai jamais rencontré, mais j'ai l'impression de perdre un ami proche. Un grand poète, un homme engagé, un chanteur qui a longtemps payé au prix fort le fait d'avoir toujours refusé la facilité, d'avoir toujours proclamé haut et fort son idéal.

Des dizaines de titres et de paroles me reviennent en mémoire, mêlant amour, poèmes d'Aragon, espoir, colère, hommage à la montagne, respect pour les poètes de la Résistance, horreur de la guerre...

Merci à mes parents de m'avoir bercée de ses chansons.

Merci, Jean Ferrat, pour votre courage, votre fidélité à des idées de justice et de solidarité, merci pour ces paroles et ces musiques que je ne suis pas près d'oublier.

"Je pense à toi, Desnos, qui partis de Compiègne

comme un soir en dormant, tu nous en fis récit

accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie,

là-bas où le destin de notre siècle saigne..."

 

A Salah Hamouri

salah_region.jpgHier soir, lors de la discussion à la Région du budget consacré à l'action internationale et européenne, je suis intervenue au nom du groupe CACRPG. J'ai dédié mon intervention à Salah Hamouri, étudiant franco-palestinien de 25 ans, qui va passer son cinquième Noël en prison. Il a été condamné pour une action qu'il n'a jamais commise par un tribunal militaire israélien qui lui reproche avant tout son opposition à l'occupation des territoires palestiniens. Il est aujourd’hui en prison depuis 1740 jours. A l’heure où il est question, et ce serait une très bonne chose, de la libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit, nous adressons tous nos vœux de libération à Salah. Nous souhaitons que le Président de la république s’y emploie pleinement, comme il le fait pour tous les autres prisonniers français dans le monde. Pour qu'en 2010, Salah soit enfin libre !

 

Il n'y a pas assez d'élus !

4 pages anecrDans les prochaines semaines, le gouvernement souhaite faire passer à marche forcée plusieurs projets de loi qui remettent en cause les moyens financiers et les compétences des collectivités locales. Contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire, il ne s'agit pas que d'un problème de nombre d'élus. L'ambition est des plus graves pour la démocratie.

Lire la suite...

 

"Une légende qui nous aide à vivre aujourd'hui" (R. Guédiguian, l'Humanité, 9/9/09)

armeeducrime.jpg"L'armée du crime", du cinéaste Robert Guédiguian, retrace les combats et les engagements du groupe Manouchian. C'était il y a plus de 65 ans, et pourtant... les valeurs défendues par ces "vingt et trois" restent d'une grande actualité. Epoques bien différentes mais où la résistance continue d'être nécessaire.

Lire la suite...

 

Un matin du 16 juillet 1942...

lumiere au quatrieme C'était il y a tout juste soixante sept ans... Rosette avait à peine 8 ans, son petit frère Paul tout juste 4. Au tout petit matin, la police française est venue les chercher, parce qu'ils étaient juifs. Pour les emmener, avec leur mère, au gymnase Japy, dans le onzième arrondissement. De là, c'était direction assurée vers le tristement célèbre Vel d'hiv, pour partir vers les camps d'extermination.

Rosette et Paul, qui allaient devenir des enfants cachés, cachés par une famille de Justes du Loir et Cher, comme il y en eut heureusement tant, ont pu échapper à ce terrible destin. Famille de prisonnier de guerre, ils ont été ramenés chez eux, d'où ils ont décidé de partir se cacher en lieu plus sûr.

Rosette, c'est ma maman. Soixante-sept ans plus tard, elle a décidé de raconter cette période noire, et toute son enfance, dans un livre dont vous comprendrez qu'il m'a beaucoup touchée. Une histoire particulière, que pourra lire son petit-fils Maël dans quelques années.

Je devrais dire deux histoires particulières, car il comporte aussi le témoignage de ma grand-mère, "petite ouvrière de Varsovie" au tout début du vingtième siècle. Tout ce siècle y est, avec ses heures révolutionnaires, ses heures de grande misère, ses heures de Résistance, de courage, d'espoir.

 

"Ce qui m'habite et qui m'obsède"...

Pal_murpeint.JPG Je reviens tout juste d’une délégation en Palestine et en Israël, à l’initiative de l’association nationale des élus communistes et républicains (ANECR) et de l’association des villes françaises jumelées avec des camps de réfugiés (AJPF). Nous étions 108, pour la plupart des élus de toutes la France, du conseiller municipal au sénateur. De très nombreux jeunes élus, des maires, une grande diversité d’origines. Mais aussi des responsables d’associations, de syndicats, des journalistes et le cinéaste Robert Guédiguian.

Lire la suite...

 

Dernière minute ! Syndicat des eaux d'Ile de France (Sedif) - André Santini passe la présidence à Jacques Perreux

eau trop cherLe président du Sedif, réélu en décembre dernier à la tête du syndicat, vient de se rendre à l'évidence. Sa mission au secrétariat d'Etat à la fonction publique est trop prenante - il lui faut travailler au non-remplacement dans les meilleurs délais d'un fonctionnaire sur deux.

Monsieur Santini est aussi maire d'Issy les Moulineaux, président d'une communauté d'agglomération qui va très prochainement compter 300 000 habitants, du moins si M. Balladur ne parvient pas à ses fins et ne remet pas en cause les intercommunalités en région parisienne. Le fumeur invétéré de cigares est aussi le numéro un du bassin Seine-Normandie.

Quelque peu affaibli par des soucis de santé, soucieux de la qualité du service public de l'eau, Monsieur Santini a préféré opter pour la voie de la sagesse. Hier soir, il a rendu publique sa volonté de transmettre, en cours de mandat, la présidence du Sedif à Jacques Perreux, vice-président du conseil général du Val de Marne, partisan d'un retour de la gestion de l'eau au public.

"Je sais que les Franciliens comprendront ma démarche, a déclaré le Secrétaire d'Etat, eux qui refusent le cumul des mandats et sont très attachés à une gestion de l'eau dégagée des intérêts privés".



Le nouveau président prendra ses fonctions dès ce soir, mercredi 1er avril.

 

Gaza massacrée, c'est l'humanité qu'on meurtrit !

affichettesA4page5.gif15 jours de nuit noire, sans eau, avec pour seuls bruits ceux des armes de l'artillerie et de l'aviation israéliennes. C'est ce que subissent au quotidien les 1,5 million d'habitants de la bande de Gaza ! Comment le monde peut-il laisser faire ?

Car si dans le monde entier, des citoyens se lèvent contre cette inhumanité, contre ces crimes de guerre, les dirigeants européens laissent faire. Ils peuvent s'agiter aujourd'hui, mais hier, pas plus tard qu'au mois de décembre, en plein blocus de Gaza, ils ont, Nicolas Sarkozy en tête, rehaussé les relations de l'Union européenne avec Israël. On en voit aujourd'hui le résultat !

En Israël, des intellectuels comme Uri Avnery, des élus comme Dov Hanin, le député du Hadash de Tel Aviv, des associations, des journalistes ont le courage de s'opposer à cette guerre. Les manifestations sont quotidiennes, dans la plupart des villes israéliennes. A Sderot même, cette ville qui subit les tirs de roquettes du Hamas, des habitants ont décidé d'être plus forts que les armes, en entretenant des relations permanentes avec des habitants de Gaza, et en condamnant conjointement la guerre.

En France, les manifestations pour la paix à Gaza grandissent chaque semaine.

Il n'y a pas de temps à perdre. Chaque jour sans paix, ce sont des enfants qui meurent, des familles entières qui sont décimées, des ruines qui se multiplient. Une solution politique qui s'éloigne.

PAIX-SALAM-SHALOM

 

Ici on arrête, ici on expulse...

Le Préfet des Hauts-de-Seine verse dans le zèle en matière d'expulsions de sans-papiers. Tancée il y a quelques mois pour rendement insuffisant par le ministère de l'intérieur, la préfecture tente le tout pour le tout pour rattraper son "retard".

Tous les moyens semblent permis puisque depuis environ deux semaines, les personnels concernés ont ordre de signaler la présence au guichet d'étrangers sous le coup d'un avis de reconduite à la frontière. Qui se font aussitôt arrêter. Sur les quinze personnes interpellées depuis que cette mesure est en vigueur, 4 personnes ont été expulsées.

Pour protester contre cette mesure honteuse, depuis vendredi matin, organisations politiques, syndicats, associations (notamment RESF) se relaient devant la Préfecture de Nanterre en exhibant une banderole qui dénonce simplement : "Ici on arrête, ici on expulse".

Rendez-vous tous les jours de cette semaine, de 8h30 à 16h.

 

Carton rouge aux racistes du PSG !

Ce n'est malheureusement pas la première fois, mais si on veut que ça soit la dernière, il faut y mettre les moyens ! Samedi dernier, lors de la finale de la Coupe de la Ligue, des "fascistes" (je ne peux pas les appeler supporters) du PSG ont déployé une banderole inacceptable contre les habitants de Lens et du Nord Pas de Calais en général. En la voyant à l'image, pendant que je regardais le match, j'ai failli m'étrangler mais je n'ai aperçu que les premiers mots et puis pas une remarque des commentateurs. Les ministres présents dans les tribunes, le président de la République lui-même n'ont pas semblé bouger.

N. Sarkozy fait dire aujourd'hui dans la presse qu'il a menacé de quitter le stade si la banderole n'était pas retirée. Dont acte, on ne peut que l'espérer. Mais comment ce torchon a-t-il pu rester si longtemps dans les tribunes ? Pourquoi l'arbitre n'a-t-il pas arrêté la rencontre ?

Le racisme n'est certes pas un phénomène réservé au football. Il est présent dans toute la société. Mais les autorités sportives, à tous les niveaux, doivent tout faire pour l'enrayer, pour rendre intolérables et inacceptables de tels comportements.

On aimerait un mouvement bien plus fort sur le sujet de la part du gouvernement et des fédérations nationales concernées. Les joueurs, eux aussi, s'honoreraient à être plus nombreux à se mobiliser.

 

Mumia : l'urgence de gagner un nouveau procès

mumia-abu.jpgMumia Abu Jamal attend dans les couloirs de la mort depuis 1981, date à laquelle la justice américaine l'accuse d'avoir tué un policier blanc. Ce qu'il a toujours nié. Mais Mumia est noir, comme journaliste, il est connu pour être la "voix des sans-voix".

Depuis 27 ans, chaque jour, il plaide son innocence à la face du monde, avec cette épée de damoclès au-dessus de sa tête. Mais jeudi dernier, la cour fédérale de Pennesylvanie a décider d'annuler sa condamnation à mort. Un événement !

Mais cette annulation ne porte pas sur le fond ; elle ne dit pas que Mumia est innocent. Elle dit que le jugement s'est fondé sur du racisme quant aux choix des jurés et que les instructions qui leur ont été données étaient floues.

Reste à gagner un procès en bonne et due forme, un procès complet qui permette de dire, enfin, si Mumia est coupable ou innocent. Un vrai procès !

En attendant, pour continuer à soutenir le combat de Mumia pour la justice, on peut participer nombreux au rassemblement prévu ce MERCREDI 2 AVRIL à 18 heures devant l'Ambassade des Etats-Unis (place de la Concorde).

 

L'intolérable massacre de Gaza dans l'indifférence générale

Je publie ici un témoignage parvenu hier de Gaza à l'Associaton française Palestine -Solidarité. Pour dire mon horreur devant tant de massacres et l'urgence à imposer un arrêt de la guerre et de l'occupation.

Ici c est la boucherie Zacharia

publié le dimanche 2 mars 2008

je vous écris vite fait, j ai pas le net à portée de main, c 'est chaud de sortir, le café net est juste à côté du bureau de Hanyie, on préfère éviter

Ils ont tué plus d'une centaine , 80 civils beaucoup d 'enfants, une petite fille de deux jours, un autre de six mois, c' est l' horreur totale, on ne dort plus on se fait bombarder sans discontinuer.

Je n' ai jamais vu de gens aussi haineux,ce qui se passe ici est terrible, indescriptible et ils comptent bien continuer.

Hier c'était la journe la plus sanglante depuis le début de l intifada, c' est à dire depuis 2000.

Tuer est systématique, sans limites, et ils savent très bien qui ils tuent, tout cela est calculé.

Ici tout le monde est à bout, les gens sont extenués, et personne ne sait quoi faire.

On se protège comme on peu, il n y a plus de place dans les hopitaux, il n y a pas de ciment pour construire les tombes, même les morts subissent l embargo.

Tout à l' heure à Jabalia l' armée a torturé trois hommes dans la rue et a laissé les corps inanimés, les ambulances ne sont pas arrrivé à les récupérer.

Ils tuent des familles entières, bombardent sans retenue, je suis incapable de vous décrire toutes les boucheries qui se passent ici, toutes les deux minutes il y a de nouveaux massacres, toutes les deux minutes les f16 qui tournent au dessus de nos têtes nous lachent un missile,

Je dois partir, j' enverrai un texte plus détaillé aux missions civiles.

salamat

Zac

 

Passer de la démocratie virtuelle à une participation réelle des habitants

Notre ville se vante d'être à la pointe des innovations en matière de technologies ainsi que dans le domaine de la démocratie. Imaginez donc : conseils de quartier élus électroniquement, budget participatif, machines à voter électroniques, retransmission du conseil municipal (hors période électorales) sur le câble. On saurait difficilement faire mieux. Voire.

Les conseils de quartiers ont été élus par à peine plus de 1000 habitants. Ils réunissent quelques habitants et quelques élus. S'ils disposent d'un budget de 100 000 euros, les dépenses qu'ils décident sont savamment suggérées par les représentants de la municipalité.

Si l'on voulait réellement construire un budget participatif, il faudrait inventer une tout autre manière de faire, en associant les habitants à une co-élaboration des mesures locales et en décidant ensemble des montants à leur affecter.

Quant aux machines à voter, au-delà des avatars techniques et financiers de l'an dernier, elles sont à l'image d'une pratique de la démocratie qui minore la place des habitants. Ici, plus de contrôle citoyen des opérations de vote, aucune certitude que le vote qu'on a entré est bien celui enregistré par la machine, plus de scrutateurs. On est bien passé à la démocratie virtuelle. Il ne sera bientôt plus nécessaire de se déplacer pour participer aux choix essentiels de la vie locale et nationale.

Enfin, l'opposition, qui regroupe aujourd'hui 3 composantes différentes (socialistes, communistes, vert) ne dispose généreusement que de 1500 signes une fois tous les trimestres (on est obligés de tourner) pour exprimer son point de vue dans le mensuel Point d'Appui ! Pas une ligne disponible pour ces forces politiques sur le site internet de la ville !

On pourrait se rassurer avec la place réservée à l'affichage public. Eh bien là encore, le nombre de panneaux est insuffisant au regard de la loi. Pour corser le tout, les associations et les partis politiques ont le plus grand mal à organiser des réunions publiques ou des débats puisqu'aucune salle n'est prévue à cet effet. Dans cette période électorale, on a même dépassé les bornes : alors que les listes du Modem et de la gauche (Issy à venir) ne peuvent annoncer les lieux et dates de leurs réunions publiques pour ces deux dernières semaines de campagne, M. Santini fait, lui, distribuer depuis plus de trois jours un tract indiquant l''ensemble de ses réunions publiques avec un heure et un lieu précis.

Il est temps de changer d'air, de changer d'ère. Pour mettre, enfin, l'être humain au coeur des processus de décision.

 

Appel d'élus pour le droit de vote et d'éligibilité de tous les étrangers aux élections locales

J'ai décidé de signer cet appel. Il y a urgence démocratique à faire avancer cette question.

MUNICIPALES 2008 ENCORE UNE FOIS… ILS NE VOTERONT PAS ! Le Traité de Maastricht (1992) a reconnu le droit de vote et d’éligibilité aux citoyens (non français) de l’Union européenne résidant en France, pour les élections européennes dès 1994 et seulement en 2001 pour les élections municipales. Malheureusement, à cette occasion, le principe d’égalité a été bafoué et les ressortissants extracommunautaires n’ont pas bénéficié de cet élargissement du suffrage universel. Des personnes qui constituent une part importante de la population de certaines de nos villes et qui participent à la vie quotidienne de nos cités, peuvent se sentir rejetées à cause de cette nouvelle discrimination du fait de la nationalité. Cette exclusion de la communauté politique de personnes qui vivent ici, souvent depuis longtemps, touche profondément leurs enfants. Certains, bien que Français, se sentent délégitimés en tant que citoyens. Cette discrimination politique, cette exclusion des choix au niveau de la commune sont en contradiction avec les valeurs de la République, avec la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen et même tout simplement avec une réelle politique de cohésion sociale et d'intégration. L'Assemblée nationale a déjà voté le 3 mai 2000, une loi donnant le droit de vote pour les élections municipales à tous les résidents étrangers quelle que soit leur nationalité. Les sondages indiquent que la population française est majoritairement favorable à l’ouverture du droit de vote et d’éligibilité à tous les résidents étrangers. Des voix se sont élevées en ce sens, provenant de tout l’arc parlementaire. Les ELU(E)S SIGNATAIRES, dans le souci de voir représentées au sein des instances locales toutes les personnes vivant dans leur commune, demandent « que tous les étrangers puissent voter et être éligibles aux élections locales ».Si vous souhaitez contribuer à cette campagne en tant qu’élu(e), nous vous remercions de bien vous vouloir nous renvoyer ce bulletin réponse par courriel à l’adresse mail indiquée ci-dessous, par fax ou par courrier :



Bulletin réponse – Appel à Votation citoyenne



Nom/Prénom : ……………………………………………………….……………………….…..



Fonction : …………………………………………………………………….………



E-Mail/Fax/Adresse : ……………………………………………………………………..



? Je donne mon accord pour participer à l’initiative de Votation citoyenne en signant l’appel ci-dessus Signature :



LDH – Pavlina Novotny - 138 rue Marcadet - 75018 Paris - Tel : 01 56 55 51 08 – Fax : 01 42 55 51 21 pavlina.novotny@ldh-france.org

 

Sans-papiers mais "frères humains"

Ahmed a 18 ans. En 2004, il est arrivé de Mostaganem en Algérie, avec sa mère et sa petite soeur, pour fuir un père violent. Depuis, il poursuit de brillantes études en hôtellerie-restauration, au lycée Villebon de Meudon. Sa mère est désormais sous protection subsidiaire, elle est en fait sous la protection de l'Etat français. Ahmed, lui, n'a aucun droit. Il doit normalement passer son BEP en juin de cette année, et avant, suivre un stage de 5 semaines. Toute la famille habite un meublé presque insalubre. 3 dans 15 m2. Sans-papiers, sans droit. Il risque l'expulsion à tout moment. Le désespoir est en train de le miner.

Zohra a 26 ans. Elle est arrivée du Maroc la même année qu'Ahmed, pour se faire suivre médicalement. Son asthme est d'une extrême gravité. Le pneumologue qui la suit est formel : sans traitement adapté suivi, elle risque sa vie. Zohra vit de petits boulots, mais avec son compagnon français, elle s'en sort. Elle souhaite juste pouvoir rester en France pour raisons de santé. Menacée d'expulsion, elle a déposé plusieurs recours, sans obtenir la moindre réponse. Son désespoir est tel, qu'enceinte de 5 semaines, elle pense à avorter.

Ahmed, Zohra, et des dizaines de milliers d'autres vivent dans la peur. La politique inhumaine de Hortefeux et consort fait honte à a France et à ses traditions d'accueil.

La mobilisation en faveur de la régularisation des sans-papiers ne doit pas cesser. Il y a aussi urgence à faire grandir l'exigence d'une véritable politique de coopération avec les pays du Sud, à lutter contre la misère.

C'est un enjeu planétaire.

Une question d'humanité.