Bienvenue sur le blog de
Lysiane Alezard

Actualités

Fil des billets

Un appel gazaoui désespéré à une communauté internationale complice par Ziad Medoukh, professeur de français à Gaza

Cet appel est adressé par un simple citoyens palestinien de Gaza à la communauté internationale officielle qui ne se décide pas à réagir afin de mettre fin à l’agression israélienne poursuivie contre la population civile de Gaza , agression qui a fait des dizaines de morts et des centaines de blessés, en majorité des civils. Je sais bien que cet appel ne sera pas entendu par ces pays et par ces organisations internationales, qui ferment les yeux devant les attaques israéliennes permanentes contre les enfants et les femmes de Gaza. Mais, devant le sang de nos enfants et de nos femmes qui continue de couler sur la terre de Gaza, Mais, devant les corps déchiquetés de ces civils palestiniens innocents, tombés suite à des bombardements israéliens aveugles, Mais, au nom des Palestiniens de Gaza qui souffrent de cette escalade militaire israélienne, je m’adresse : Au Conseil de sécurité qui prétend assurer la sécurité dans le monde : à Gaza, les habitants ne trouvent d’abris pour échapper aux raids israéliens intensifs lancés toutes les cinq minutes sur des maisons appartenant à des civils, elle est où cette sécurité ? Aux Nations-Unies qui essayent d’assurer la paix dans le monde entier : jusqu’à quand l’impunité de cet état israélien hors la loi, qui agresse les Palestiniens tous les jours, et qui assassine la paix au mépris de toutes les décisions internationales ? Aux Etats-Unis, le plus grand pays du monde : jusqu’à quand va-t-il soutenir l’état d’Israël dans toutes ses violations des droits des Palestiniens ? A l’Europe, au nom des droits de l’homme et la démocratie : c’est vous qui avez encouragé cet état agressif à continuer sa politique coloniale, cet état qui bafoue les droits les plus fondamentaux des Palestiniens. Au lieu de sanctionner cet état d’apartheid, vous êtes en train de défendre et de justifier ses attaques.

Aux pays du printemps arabes, au nom de vos révolutions et de votre nouveau pouvoir basé sur le changement : pourquoi laissez-vous les Palestiniens de Gaza seuls et abandonnés dans leur prison à ciel ouvert, face à la lâcheté et la barbarie de cette armée aveugle ? Puisque vous ne bougez pas, puisque vous ne réagissez pas, puisque vous n’arrivez ni à dénoncer ni à critiquer Israël, cet état colonial va poursuivre ses attaques, et sa guerre contre les civils de Gaza. Vous avez perdu votre crédibilité, et vous êtes en train de laisser notre région à l’arbitraire de cet état qui se moque de vous et de vos décisions. Heureusement, qu’en ce monde, il y a des personnes de bonne volonté et une société civile consciente qui se mobilisent pour que cesse la violence israélienne contre Gaza et contre la Palestine. Halte aux massacres israéliens à Gaza, et halte à cette communauté internationale impuissante.

 

Le 6 mai, dégageons Sarkozy !

Merci aux 2990 électeurs d'Issy les Moulineaux qui ont choisi “l’humain d’abord”, en votant Jean-Luc Mélenchon lors du 1er tour de l’élection présidentielle. Avec 9,35% des voix à Issy les Moulineaux, le Front de gauche réussit une belle percée et obtient un score supérieur à celui de Marine Le Pen.



Ce résultat très prometteur nous permet de devenir une force politique qui compte dans la vie locale. Ensemble, nous serons encore plus déterminés à combattre la haine et les reculs sociaux portés par le Front national. Dans l’immédiat, “on lâche rien” et nous y mettrons toutes nos forces. Nous vous appelons à voter pour François Hollande afin que la défaite du président sortant Nicolas Sarkozy soit claire et nette.

Le mardi 1er mai au matin, dans les quartiers d’Issy, venez à la rencontre des militants du Front de gauche qui vous proposeront les brins de muguet de la solidarité et de la fraternité ! A 15h, RDV place Denfert-Rochereau, à la manifestation des luttes pour l’école, l’emploi, les salaires, les retraites, la dignité...

Les 10 et 17 juin prochains, votez Lysiane Alezard et Bastien Lachaud, candidats du Front de gauche à l’élection législative

 

Jusqu'où mène la haine

Abasourdie, révoltée, sans voix devant la barbarie des crimes commis hier à Toulouse. Trois enfants juifs assassinés, un de leurs professeurs abattu. Comment en parler ? Juste quelques mots pour crier la colère, dire la compassion aux familles des victimes, pleurer la perte d’enfants.

Comment accepter ce déchaînement de violence ? Il faut que la police et à la justice aient les moyens d’arrêter le plus vite possible puis de juger le ou les coupables. Nous pourrons alors tirer tous les enseignements de cette tragédie.

Pour l’heure, il est utile de dire et redire que l’autre n’est ni étranger ni ennemi, mais humain comme nous. Que les hommes et les femmes sont égaux en droits. Que toutes les cultures et les civilisations ont fait et font le monde dans lequel nous vivons et où nous devons vivre ensemble.

Pour moi qui suis juive par hérédité, qui ai beaucoup entendu parler yiddish au cours de mon enfance, qui suis communiste par idéal, j’aspire à un monde de justice, de paix, de solidarité. La haine n’y a pas sa place.

 

Jusqu'où mène la haine

Abasourdie, révoltée, sans voix devant la barbarie des crimes commis hier à Toulouse. Trois enfants juifs assassinés, un de leurs professeurs abattu. Comment en parler ? Juste quelques mots pour crier la colère, dire la compassion aux familles des victimes, pleurer la perte d’enfants.

Comment accepter ce déchaînement de violence ? Il faut que la police et à la justice aient les moyens d’arrêter le plus vite possible puis de juger le ou les coupables. Nous pourrons alors tirer tous les enseignements de cette tragédie.

Pour l’heure, il est utile de dire et redire que l’autre n’est ni étranger ni ennemi, mais humain comme nous. Que les hommes et les femmes sont égaux en droits. Que toutes les cultures et les civilisations ont fait et font le monde dans lequel nous vivons et où nous devons vivre ensemble.

Pour moi qui suis juive par hérédité, qui ai beaucoup entendu parler yiddish au cours de mon enfance, qui suis communiste par idéal, j’aspire à un monde de justice, de paix, de solidarité. La haine n’y a pas sa place.

 

Meilleurs voeux 2011

En ce tout début d'année 2011, je vous souhaite avant tout beaucoup de bonheur pour vous, vos familles et vos proches !

2010 a été marquée par une augmentation des injustices, une montée de la xénophobie, y compris de la part de l'Etat, par une préférence nettement affichée aux plus riches et par une dégradation insupportable des conditions de vie des plus démunis mais aussi de la classe moyenne. 2010 a aussi été un grand moment de solidarités, de mouvement, d'inventivité avec la longue mobilisation contre la casse des retraites voulue par Woerth et Sarkozy. Ces semaines de manifestations, de grèves, de révoltes en tout genre n'ont pas permis de faire retirer ce projet de loi désastreux pour l'avenir des retraites, des jeunes et des retraités. Mais il a remis à l'ordre du jour la nécessité de changements profonds dans notre société.

Alors pour 2011, je vous souhaite, je nous souhaite aussi de l'INDIGNATION, de l'ENGAGEMENT, et la PAIX ici et ailleurs.

Pour que ça change, mettons-nous y tous ensemble, ne supportons pas l'insupportable et rêvons du monde meilleur que nous pouvons construire ensemble.

Comme l'a dit et chanté Jean Ferrat, qui nous a quittés en 2010 et que nous regrettons tous, "m'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde/où l'on n'est pas toujours du côté du plus fort ?"

 

Disparition de Claire Villiers - Hommage

claire villiersHier matin, Claire Villiers a fini par être emportée par un cancer qui la rongeait et la taraudait depuis une quinzaine d'années. Jamais, elle ne s'était résolue à laisser tomber, malgré les douleurs, les rechutes, les hospitalisations. A l'image de sa combativité syndicale et politique, elle était déterminée à remporter une victoire sur la maladie aussi. C'est sans doute ce qui l'a beaucoup aidée à tenir pendant toutes ces années, sans nier sa maladie, mais sans jamais se plaindre non plus.

J'ai connu Claire Villiers en 2004, lorsque cette militante catholique, syndicaliste (à l'Anpe), associative (fondatrice d'AC ! contre le chômage), a pensé utile de franchir le pas de l'engagement politique en co-animant, avec Marie-George Buffet, la campagne de l'élection régionale en Ile de France. La liste "gauche unitaire et citoyenne" a marqué le paysage politique par la dynamique qu'elle a créée, par les synergies qu'elle a suscitées, par la nouveauté de cette alliance entre un parti politique et des militants associatifs, syndicalistes soucieux avant tout de créer les conditions d'une transformation citoyenne de la politique.

Claire y a joué un rôle déterminant. Elle m'a personnellement fait mesurer les vertus de la différence, du partage, de la communauté de valeurs et d'idées. Les personnes que j'y ai rencontrées, au sein du réseau Alternative citoyenne, m'ont beaucoup enrichie. Cette diversité a créé un enthousiasme, une motivation qui a permis d'obtenir 7,5% et de constituer un groupe inédit à la Région. Pendant 6 ans, ce groupe si divers, voire hétérogène, a su construire des rassemblements, des propositions dont beaucoup ont permis d'améliorer la vie des plus démunis. Claire y a joué un rôle décisif.

Ce qui marquait chez elle, c'était son esprit d'ouverture, sa grande écoute, ses questionnements essentiels, ses propositions innovantes, sans jamais donner l'impression d'une certitude absolue. Elle s'appuyait en permanence sur l'expérience, tout en y portant un regard critique, y compris sur sa propre action. Avec un fil rouge, qu'elle a mené tout au long de son mandat, malgré les obstacles en tout genre - développer à l'échelle régionale une véritable démocratie citoyenne. Elle disait souvent : "je n'aime pas parler d'habitants, mais plutôt de citoyens, car la démocratie doit concerner tout autant les habitants que les salariés."

Grâce à son action déterminée, elle a pu construire de nombreux projets citoyens, s'appuyant sur les milliers d'associations franciliennes, valorisant la mémoire des territoires, la mémoire ouvrière.

Rongée par la maladie, elle était très présente dans l'institution mais aussi dans la rue, elle qui rêvait de mandats faisant le lien entre la rue et la région.

C'est par tous ces aspects qu'elle m'a beaucoup appris. Y compris lorsqu'en 2007, elle a finalement choisi de soutenir la candidature de José Bové à la présidentielle, écoeurée de la place écrasante qu'avaient prise les partis politiques dans le "chacun pour soi", ce qui a empêché une candidature commune à l'ensemble de la vraie gauche. Elle avait eu beaucoup de mal à s'en remettre et recherchait toutes les possibilités de reconstruire cette unité de valeurs, contre la droite, pour un projet de transformation sociale.

Je ne peux que regretter que toutes ces qualités, cet engagement, ce courage n'aient pas compté au moment des dernières élections régionales et n'aient pas permis de faire réélire Claire Villiers. De très regrettables combines politiciennes ont privé la Région et les Franciliens d'une femme hors du commun, qui apportait beaucoup, qui aurait pu poursuivre sa bataille en faveur d'une démocratie citoyenne. Cette mise à l'écart l'a beaucoup affectée. On le saurait à moins.

Il y a un mois, Claire m'a suggéré des idées de formations pour les élus, les militants, avec des formes innovantes, pour aider les progressistes à mieux porter leurs idées dans l'intense bataille idéologique que mène la droite. J'espère pouvoir donner corps à ses idées.

Claire, nous sentions cette fin inéluctable, ces derniers jours, mais ton départ laisse un grand vide. Je me console en sachant que tu ne souffres plus et je me motive en me disant qu'avec des milliers de militants, nous allons tout faire pour poursuivre ton combat.

Au revoir, et MERCI.

PS. Claire sera enterrée à Colombes ce mercredi 8 décembre à 13h30.

 

La fin de la retraite à 60 ans ? 3 millions ont déjà dit NON !

P1070125.jpgEncore une très grande et belle journée de mobilisation dans toute la France hier, contre la réforme Sarkozy-Woerth des retraites. A Paris, la place de la Bastille était complètement saturée de salariés du public et du privé, de retraités, de lycéens et d'étudiants. Le gouvernement a beau essayer de se convaincre que la mobilisation n'y est plus, et de nous convaincre qu'on ne peut pas faire autrement que cette réforme, les actions vont se poursuivre, se diversifier et s'amplifier encore. Manifestants, grévistes, salariés dans l'impossibilité de se mettre en grève, sondés - nous disons très majoritairement : la copie est à revoir. Nous le redirons encore plus nombreux les samedi 2 et mardi 12 octobre prochains ! P1070118.jpg

 

André Santini veut nous faire travailler plus longtemps

Est-ce lié au fait qu'à 69 ans, notre député-maire, est encore en fonction et a ajouté à son arc la corde de la présidence de la société du Grand Paris ? Ou surtout parce qu'il croit dur comme fer qu'il faut travailler plus, plus longtemps, et faire payer aux salariés la pérennité de notre système de retraites ? On peut sérieusement penser, en tout cas, que la retraite de Monsieur Santini est sûrement assurée.

André Santini, a fait partie des députés qui, au mépris de toutes règles démocratiques, ont raccourci les débats sur un débat essentiel et adopté le projet de loi sur les retraites, mieux nommé "fossoyeur du droit à la retraite". A l'image finalement du manque de démocratie qui prévaut aussi dans notre commune

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Monsieur Santini, comme tout législateur, peut défaire ce qui a été fait. Surtout si le mouvement de rejet du recul de l'âge de la retraite s'amplifie.

Plus que jamais, le 23 septembre, soyons des millions à dire qu'on n'en veut pas, de cette société là qui lamine les salariés, les payent une misère et leur propose de prendre leur retraite quand ils seront bien usés. L'espérance de vie augmente ? Profitons-en pour découvrir de nouvelles activités et profiter de la vie pendant qu'on peut être encore pleinement actifs : vie associative, vie familiale, engagements divers, activités culturelles et sportives...

Et pour financer tout ça ? Beaucoup d'idées n'ont pas encore été explorées, comme faire contribuer les revenus financiers au même taux que les salariés.

 

La retraite à 60 ans doit rester un droit !

roms retraites La journée du mardi 7 septembre fera date par le nombre de manifestants dans plus de 200 villes de France. 2,7 millions pour dire : la retraite on y a droit, à 60 ans, avec des pensions décentes.

Pendant ce temps, à l'Assemblée nationale, les députés communistes et du parti de gauche déposaient, difficilement, 100 000 signatures recueillies pendant l'été, sur le pupitre du premier ministre.

Mais la réforme Sarkozy demeure, fût-ce avec quelques aménagements mineurs. La mobilisation continue, elle est appelée à s'étendre encore. Aux côtés des salariés et des retraités hier, je le resterai demain, jusqu'au retrait de ce projet et à la construction d'une toute autre réforme des retraites, qui trouve les financements ailleurs que dans les seules poches des salariés, mais aussi dans les bénéfices des entreprises, dans un taux de cotisation des employeurs comparables à celui des salariés, à une politique de l'emploi dynamique.

Rendez-vous à très bientôt dans les rues d'Issy pour signer la pétition locale pour les retraites, pour partir en rassemblement, en manifestation et pour faire entendre aux élus de la nation qu'après le travail, il doit rester une vie !

 

Le 28 mai prochain, la planète sera-t-elle plus sûre ?

icanAujourd'hui, et jusqu'au 28 mai prochain s'ouvre à l'ONU (New York), la conférence de révision du traité de non prolifération nucléaire. Cette conférence, qui se tient tous les cinq ans depuis 1995, doit rechercher les moyens d'avancer, comme le préconise l'article 6 de ce traité, vers un désarmement général et complet.

Rappelons que 168 Etats sont signataires de ce traité, notamment les 5 grandes puissances nucléaires, dont la France, qui sont toutes membres permanent du conseil de sécurité de l'ONU. Trois pays possesseurs de l'arme nucléaire ont refusé de le signer - l'Inde, le Pakistan et Israël.

2010 marquera-t-elle donc une avancée significative vers l'abolition de l'arme nucléaire comme le réclament de nombreux Etats, le Président de la Croix rouge internationale, des responsables politiques français de tous bords, et bien sûr les opinions publiques de la plupart des Etats ?

Je pense que la France a un rôle particulier à jouer. Alors que les Etats-Unis et leur président Obama s'affichent en pointe en faveur du désarmement nucléaire, certes avec des limites, il serait dommage que notre pays traîne les pieds. Pourquoi dépenser encore des dizaines de milliards d'euros pour de nouvelles armes nucléaires (missiles, ogives, sous-marins) alors que tant de besoins sociaux restent insatisfaits ? Contre quelles menaces ? Pour résoudre quels problèmes ?

Les armes nucléaires actuelles ont de quoi faire sauter plusieurs fois la planète. Elles représentent des centaines d'Hiroshima. Cette menace n'a plus lieu d'être. Penser le monde dans les conditions d'aujourd'hui, c'est réfléchir à des relations internationales et humaines fondées non plus sur le recours systématique à la force, qui ne résoud rien, mais à une force de la politique.

Cette année, plus de 220 Français sont présents à New York, pour peser sur le cours des choses. Elus locaux, pacifistes, syndicalistes, citoyens, ils seront aux côtés de milliers d'Américains, de Japonais et d'acteurs de la paix du monde entier pour échanger, convaincre, rencontrer des ambassadeurs de divers pays.

Comme le chantait si bien Jean Ferrat : "m'en voudrez vous beaucoup, si je vous dis un monde où l'on n'est pas toujours du côté du plus fort ?"

 

Une défaite historique d’André Santini à Issy-les-Moulineaux

Parrain SantiniCe dimanche 21 mars marque la victoire, en Ile de France, de la liste de la gauche et des écologistes. Elle marque aussi, à Issy les Moulineaux, la première défaite depuis plus de trente ans du député-maire André Santini, tête de liste UMP dans les Hauts-de-Seine, qui n’a recueilli que 47, 5% des voix avec une participation en baisse de 20% par rapport à 2004.

Ce résultat sanctionne bien sûr un ancien ministre de la fonction publique qui n’a eu de cesse de la démanteler ; elle remet aussi en cause une politique locale tournée vers la casse des services publics, l’externalisation des ressources humaines, le logement de haut standing et des pratiques autoritaires de gestion.

Devant ce résultat sans précédent, le comité isséen du Front de gauche, fort de ses actions en faveur de plus de logements sociaux, des services publics, d’un urbanisme solidaire et durable, affirme sa disponibilité à travailler, avec tous ceux qui le souhaitent, à un projet local résolument de gauche. Dans les tout prochains jours, nous nous adresserons aux différentes organisations et associations de la ville, aux personnalités pour engager une réflexion et des actions en ce sens.

Le comité isséen du Front de gauche, le dimanche 21 mars à 21h30

 

Les salariés du commerce interdits de vote ?

grand_magasin.jpgL'un des constats majeurs du premier tour des régionales, c'est l'abstention massive. Toutes les raisons de cette crise démocratique restent à analyser en profondeur.

Mais alors que d'aucuns prônent le vote obligatoire, des milliers de salariés du commerce, notamment en région parisienne, ne pourront pas voter. Les grands magasins parisiens ont en effet décidé d'ouvrir toute la journée le 21 mars, jour du second tour des régionales.

La question concerne d'ailleurs tout aussi bien les salariés des enseignes alimentaires qui ouvrent désormais le dimanche jusqu'à 13 heures et de plus en plus souvent jusqu'au soir. Ces citoyens n'ont donc le droit ni au repos, ni à la vie de famille, ni au droit d'expression démocratique des élections !

Qu'en dit le la tête de liste UMP André Santini, maire d'Issy les Moulineaux qui a accordé l'autorisation d'ouvrir le dimanche aux enseignes Monoprix et Inno ?

Les syndicats du commerce ont alerté la direction des grands magasins et les candidats. . Si nous sommes tous consommateurs, nous sommes tous concernés par cette situation. Nous y pouvons quelque chose puisque dans chaque commune, le Préfet donne l'autorisation de l'ouverture du dimanche, après consultation des maires.

 

Lettre ouverte aux électeurs de gauche encore indécis

DSC_0687.JPGMadame, Monsieur,

Dimanche 14 mars prochain, nous allons élire nos nouveaux conseillers régionaux en Ile de France. Le résultat du vote aura une grande importance pour notre région mais aussi pour notre pays.

C’est pourquoi j’ai pensé utile de vous dire pourquoi j’ai décidé de m’engager au sein de la liste « Ensemble à gauche » dans les Hauts-de-Seine, en espérant que vous soutiendrez ce choix. Cette liste est conduite par Pierre Laurent en Ile de France et par Pascale le Néouannic dans notre département.

Comme vous, je ne supporte pas cette politique nationale de Nicolas Sarkozy et du gouvernement qui casse tous nos acquis sociaux, nos droits, qui diminue nos salaires, nos retraites et qui veut encore aller plus loin dans la remise en cause de tous les fondements de la République.

Comme vous, je ne supporte pas cette montée des injustices, des inégalités, cette dégradation quotidienne de l’emploi, du logement, les attaques contre l’école, la culture, la démocratie. Il faut dire STOP ! Et le 14 mars, nous en aurons l’occasion. Ne la gâchons pas ! Les grands patrons, ceux qui payent l’impôt sur les grandes fortunes, ceux qui habitent Neuilly et les beaux quartiers, eux, n’oublieront pas d’aller voter ce jour-là pour défendre leurs intérêts !

Alors je vous encourage vivement à utiliser le vote « Ensemble à gauche » pour faire reculer Nicolas Sarkozy. Rappelez-vous aussi que dans les Hauts-de-Seine, le parti du président est représenté à cette élection par André Santini, celui qui ose déclarer «chez moi, on ne peut qu’être heureux ! » Quel mépris pour les 1300 demandeurs de logement ! Quel mépris pour les fonctionnaires qu’il a maltraités pendant qu’il était ministre ! Et en matière de démocratie, vous le connaissez : il ne respecte pas les élus, il insulte les élus de l’opposition, il limite les droits et les moyens des associations !

Comme vous, je rêve d’une région solidaire, citoyenne, juste ! Pendant ces six dernières années, j’ai siégé au Conseil régional, au sein du groupe communiste-alternative citoyenne-républicain. Nous avons pu faire avancer bien des projets, notamment le transport gratuit pour un million de personnes défavorisées, une politique dynamique de logements sociaux. Mais nous avons besoin d’être plus forts pour aller beaucoup plus loin, si nous voulons changer le quotidien des Franciliens et inventer ensemble une région.

Vous savez que en toutes circonstances, vous avez pu compter sur moi pour être dans l’action pour les sans-papiers, avec les mal-logés, avec les salariés en lutte, avec les enseignants pour la réussite scolaire… Ce sera le cas de mes co-listiers qui sont des élus, des militants, des salariés.

C’est ensemble que nous pouvons frapper un grand coup ce 14 mars, en donnant le maximum de poids à la liste « Ensemble à gauche « (parti communiste, parti de gauche, gauche unitaire, alternative citoyenne, république et socialisme, pcof, les alternatifs, m’pep).

Alors à Issy, le 14 mars, soyons les plus nombreux possible à taper sur la touche 7 de l’écran de vote !

Jusqu’au 14 mars, je reste à votre écoute, à votre disposition dans de nombreux lieux de rencontres. Je le resterai après le 14 mars.

A très bientôt, j’espère,

Bien cordialement,

 

Régionales : pourquoi je suis candidate sur les listes Ensemble à gauche

senat 19/01Le 14 mars prochain, nous élirons nos nouveaux conseillers régionaux. Elue sortante, j'ai accepté de participer à la liste Ensemble à gauche, qui rassemble de nombreux partenaires de gauche. Enjeu national pour faire entendre un signal fort contre la politique de Nicolas Sarkozy, ces élections ont aussi une dimension locale forte : quelle région capitale pour demain ? Pour qui ?

Lire la suite...

 

Haïti douleur, Haïti solidarité !

HaïtiDevant la tragédie sans précédent vécue par le peuple haïtien, la solidarité s'impose de toute urgence... la coopération durable aussi !

La capitale d'Haïti, Port-au-Prince, vient de subir un tremblement de terre qui a tout dévasté et déjà fait un nombre terrifiant de victimes. L'élan de solidarité du monde entier fait chaud au coeur, il est plus que jamais indispensable. Cette catastrophe naturelle touche le pays le plus pauvre du monde, confronté depuis son indépendance de la France à une succession de gouvernements autoritaires, de dictatures, à une saignée de la part des institutions financières internationales.

Si un tremblement de terre ne peut être prévu, des constructions anti-sismiques peuvent en limiter considérablement les effets. Sans moyens, sans gouvernement ni autorités locales ayant les outils pour agir auprès des habitants, Haïti n'a pas pu se construire sur des normes de sécurité.

L'urgence impose une mobilisation de tous. Mais réfléchissons déjà aux années à venir, à la nécessaire reconstruction sur de toutes autres bases pour que dans un an, dans deux ans, Haïti ne soit pas remisée aux oubliettes ni de nouveau soumise à des relations internationales totalement inégales. C'est dans ce sens que l'association d'élus à laquelle j'appartiens, l'Anecr (www.elunet.org) a ouvert un compte spécial Haïti "Anecr solidarité".

C'est pour répondre à cette première étape de soutien indispensable que je me suis adressée au Maire d'Issy les Moulineaux jeudi dernier.

Vous aussi, dans la mesure de vos moyens, soutenez le peuple haïtien. Les associations sont nombreuses, comme le Secours populaire français qui intervient directement sur place.

Vous pouvez envoyer vos dons à : Secours populaire français, « Haïti urgence », CCP 2333, boîte postale 3303, 75123 Paris Cedex 03. Ou faites un don en ligne sur www.secourspopulaire.fr

Monsieur le maire,

Bouleversée comme nombre de nos concitoyens par le nouveau drame qui frappe la population haïtienne, je souhaiterais que notre commune puisse s'associer au grand élan de solidarité qui se développe dans notre pays.

Notre conseil municipal se manifeste régulièrement lors de catastrophes naturelles. J'imagine qu'il saura le faire lors de sa prochaine séance au profit d'Haïti. De nombreuses associations ont ouvert des comptes d'urgence. Je suis sûre que nous pouvons rapidement répondre à leur sollicitation.

Le peuple haïtien, déjà durement éprouvé par d'autres catastrophes récentes et par une succession de dictatures, se remettait tout juste des ouragans de l'an dernier et retrouvait un début de stabilité politique. Notre aide est plus que jamais nécessaire.

En vous remerciant de l'attention que vous voudrez bien porter à ma demande, je vous prie d'agréer, Monsieur le maire, l'expression de mes salutations distinguées.

 

J1 du traité de Lisbonne : pas de quoi être fier !

no 2 lisbonAujourd'hui, le Traité de Lisbonne entre en vigueur. C'est le texte que tous les libéraux européens attendaient avec une grande impatience... au point d'obliger le peuple irlandais à revoter et à revenir sur la demande qu'il avait faite en juin 2008- NO à ce traité.

Ce texte naît donc dans la douleur, puisqu'il est le résultat de toutes les manoeuvres anti-démocratiques possibles : adoption sans consultation populaire dans la plupart des pays et refus de prise en compte du vote quand il a pu avoir lieu !

Lire la suite...

 

L'imposture de la taxe carbone

industrie polluanteLe consensus est assez large, le matraquage médiatique déferle... elle n'est pas assez élevée, il faut eller plus loin... La taxe carbone serait-elle devenue la clé de l'action publique contre le réchauffement climatique ? Enfin, la solution aurait été trouvée pour réduire la pollution automobile. Voire.

Lire la suite...

 

Pour changer d'Europe, tapez 25 !

A Issy les Moulineaux, comme dans plusieurs communes des Hauts de Seine et de France, les électeurs voteront ce dimanche avec des machines. En Ile de France, avec 27 listes en présence, l'égalité entre les listes et entre les électeurs est fortement remise en cause. L'écran de la machine est rendu illisible : le nom des listes est en tout petit, aucun signe distinctif n'est présent. Alors faites passer le message, le 7 juin, pour changer d'Europe, votez Front de gauche, tapez sur la touche 25 !

Lire la suite...

 

Un jeudi couleur d'espoir

manif3.jpg29 janvier-1Ce fut une belle et grande journée. Il faisait très froid, le soleil était au rendez-vous. Mais ce qui réchauffe le coeur, ce jeudi 29 janvier, ce sont les centaines de milliers de manifestants qui se pressent autour de la place de la Bastille. Boulevard Richard Lenoir, on ne peut plus passer.

Toutes les générations sont représentées. Tous les secteurs d'activités aussi. Le service public hospitalier, les collectivités territoriales, les transports, mais aussi les médias (RFI...), les activités culturelles (plusieurs théâtres), l'éducation nationale. J'aperçois même un cortège des salariés de Picard, qui "ne sont pas gelés"...

Les revendications sont multiples mais se rejoignent sur un point, comme le dit un slogan chanté à tue-tête : "les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, de cette société-là, on n'en veut pas !"

On apprend que dans des dizaines de villes de France, des records de participation ont aussi été battus. Plus de 2,5 millions de manifestants !

Cette journée donne confiance, elle donne de la force à tous ceux qui souffrent et se battent au quotidien pour une vie meilleure.

La balle est désormais dans le camp du gouvernement, pour qu'il entende les demandes de la rue.

 

Jeudi 29 janvier : tous ensemble dans la rue !

manif_retraites.jpgJeudi , je serai en grève et participerai à la manifestation parisienne. Cette journée d'action syndicale sans précédent depuis deux ans est une occasion formidable d'exprimer tout ce qui ne va pas dans ce pays, toutes les souffrances et de proposer des changements profonds de la politique française.

Je serai en grève parce qu'on ne peut plus accepter la régression du "travailler plus pour gagner plus". Pour vivre mieux, il faut que les salaires augmentent et préserver l'acquis de la réduction du temps de travail.

Je serai en grève parce que je ne veux pas que l'école maternelle soit sacrifiée, elle qui donne un accès égal à tous les enfants en leur prodigant une somme de savoirs et de pratiques uniques.

Je serai en grève pour défendre le droit du travail et conquérir de nouveaux droits, notamment de participation des salariés aux décisions dans les entreprises.

Je serai en grève, aux côtés des salariés du secteur public et de la fonction publique, pour préserver, développer et moderniser les services publics, garants d'une égalité sociale et territoriale indispensable.

Je serai en grève en solidarité avec tous les Isséens qui subissent de plein fouet la politique du gouvernement souvent relayée par la majorité municipale : hausse des loyers, nombre insuffisant de logements sociaux, casse des services publics municipaux, précarité de l'emploi...

En pleine crise financière, si on peut trouver des centaines de milliards d'euros pour renflouer les banques (et less inciter à continuer comme avant, comme si de rien n'était), on doit pouvoir trouver quelques moyens pour répondre aux besoins des populations.

A jeudi !

- page 1 de 3